We've updated our Terms of Use. You can review the changes here.

La m​é​moire des sons

by Bernard Parmegiani

/
  • Streaming + Download

    Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    Purchasable with gift card

      €7 EUR

     

1.
2.
Sons-Jeu 21:19
3.

about

Capture éphémère (Ephemeral capture) (1967), 11’48

— Premiered at the 105 Studio of the French National Radio House in Paris on 30th May 1967. First 1967 version composed on four tracks.
1988 stereo version. —

“Initially, this was a recording of the beating wings of a bird flying past in the blue sky in the desert of the Dead Sea. The beating of its wings stayed with me for a long time after the bird had disappeared... Elsewhere, hesitant breezes born out of a stream but not from the air, micro-sounds escaped from some strange effervescent entity, cascades of unstable minerals, frozen in time... All these experiences that have left their permanent mark ‘within’.”
(B. P.)

“This composition marks a turning point in Parmegiani’s work and is a milestone in the GRM production. It distinguishes itself from previous productions by extremely complex and varied manipulations that Parmegiani invented and developed. First of all, the editing is particularly tight; some sequences repeat very short sounds, separated by just a few centimetres of tape, creating a profusion of contrasted events, intensely dynamic to the ear. The way of transforming the sounds is also very unique: no original material can be distinguished after the manipulations and it seems that, in order to get the specifically mastered result he wanted, Parmegiani needed to create a ‘fission’ of the original material so that he could end up with new and precise sound textures perfectly calibrated and adapted to his vision.
The range of manipulations is vast. Not only did Parmegiani transform his material and carried out very fine ‘laced-editing’, but he also repeated blocks of sequences by accelerating them, using filters and eventually mixing them... This overall treatment produced a broad scope of results: some accelerated microevent sequences taking on a granular sound quality; the artificial resonance of a phenomenon (through an echo chamber, for example) extended and then ‘sculpted’ through a special mix...”
(Michel Chion and Guy Reibel, “Les musiques électroacoustiques”, Edisud, 1976).

Sons-Jeu (Sounds-Game) (1998), 21’00

— Premiered during the 1998 Cycle Acousmatique at the Studio 104 of the French Maison de la Radio in Paris on 18th June 1998. A new version was premiered at the same place on 19th June 1998. 2000 version. —

The first version of this piece was premiered in 1998 for the 50th anniversary of concrete music. It was later augmented and performed in its final version at the Maison de Radio France in June 2000. The starting point is therefore a tribute to concrete music—a music that can play with sound in the same way one can play with a ball or with words. One of its inventions is the loop, solitary, rhythmic or reduced; evolving, interwoven or inversed… But beyond the loop, anything can be done with sounds, whether or not they are fixed onto a support. Train sounds can be found in this piece (a wonderful natural loop taking us for miles, far from familiar thoughts and a signature for concrete music…), insects, also, whose strident ‘loopings’ shifts according to their behavior and who finally change into human voices through slow metamorphoses that, in turn, will liquefy and free themselves like free bubbles… that, in turn will… So, as the composer wonders: “Is it the sounds or is it ‘I’ who leads the game where one forgets everything?”

La mémoire des sons (Sounds Memory) (2000-2001), 24’29

— Premiered during Multiphonies, Studio 104 of the French Radio House in Paris on 10th March 2001. —

“From time to time, old sounds come back to haunt my mind like echoes: are they trying to remind me of something? I suspect them to be attention seeking again. This is what their persistence confirms. They come back on the scene as they were before but in the end, they accept to be changed, disguised, or metamorphosed even, and plunged into a different context that will give birth to new sounds, just as loud.
Sounds embedded, though not lost in the depths of our memory: where are they? Where do they come from? Where are they going?… Plain to start with, now endearing, from my childhood or adolescence even, these sounds of nature have been ‘spiralling’ inside my ears and finding their own path… Close and distant bells ‘crescendo’ and ‘decrescendo’ taking on the speed and direction of the wind… Pebbles rolling in the riverbed that pushes them… The ‘iron’ clinking of the chain bringing the overflowing water bucket up from the well…
No less present are the artificial sounds, from my recent or past realizations. They have existed and can live again differently. Sounds are not static, and should not be eternally stilted. We can identify them without putting them back in their original context. The sounds of the past contribute to shaping the present.”
(B. P.)

Bernard Parmegiani (1927-2013)

A pioneer of electroacoustic music, Bernard Parmegiani is one of its major historical figures.
First sound engineer for the French television, he joined the GRM following his encounter with Pierre Schaeffer. After a training period during which he assisted confirmed composers such as Y. Xenakis and L. Ferrari, he became a permanent member from 1959 to 1992. When he left, he continued to compose in his own studio: Fabriquasons, which he had not stopped enriching since the sixties, in line with technological developments. This personalised instrument allowed him to explore the new sound resources offered by the transition from analogue to digital.
His tireless curiosity for Sound, in all its forms, which he describes as “living”, led him to diversify his production (236 titles). His concert work, comprising more than 80 opuses dedicated to electroacoustic music, is enriched by experiments carried out in collaboration with jazz personalities: J-L. Chautemps or M. Portal, virtuoso instrumentalists: D. Erlih, and also experiments with other media: video and music theatre. Particularly interested in the sound/image relationship, he has produced music for cinema, animated films, television, ballet, theatre, radio and advertising; credits and jingles, including the Roissy airport jingle, which was played for thirty-five years. Without a doubt, this 3” sonal is the most famous music for all those who have listened to electroacoustic music without knowing it!
“... Bernard Parmegiani is one of those rare composers whose style is immediately recognisable whatever the technology used. From magnetic tape to computers, from the unstable oscillators of the 1960s to today's systems, he has managed to keep a personal sound that gives a sense of self-evidence. Thanks to this evidence, made of simplicity and rigour, Bernard Parmegiani has become a sort of mentor, one of those artists who inspire many vocations; hence his current aura on the electronic generation ...”
(Daniel Teruggi and Christian Zanési)
Website: bernard-parmegiani.fr

------

Capture éphémère (1967), 11’48

— Création au Studio 105 de la Maison de la Radio à Paris, le 30 mai 1967. Première version de 1967 composée en quatre pistes. Version stéréo de 1988. —

“À l’origine cette capture fut celle du battement d’ailes d’un oiseau qui passait, traversant un ciel vierge dans le désert de la Mer Morte. L’oiseau devenu invisible, ce battement persista longuement dans ma tête. Ailleurs, des souffles incertains nés d’un courant qui n’était pas d’air, des micro-sons échappés d’on ne sait quelle ‘chose’ effervescente, des chutes libres de minéraux instables instantanément figés comme un arrêt sur le temps... Autant d’événements qui laissent une trace permanente ‘au-dedans’.”
(B. P.)

“Cette oeuvre marque un tournant dans l’oeuvre de Parmegiani et fait date dans la production du GRM. Elle se distingue des productions précédentes par le travail de manipulations extrêmement complexe et varié que Parmegiani y invente et développe. Le montage tout d’abord en est particulièrement serré ; certaines séquences enchaînent des sons très brefs, espacés de quelques centimètres de bande à peine, créant à l’audition des foisonnements d’événements contrastés d’une énergie intense. Le travail de transformation des sons aussi est original : aucun matériau d’origine n’est identifiable à l’issue des manipulations, et il semble que Parmegiani ait eu besoin, pour parvenir à un résultat aussi maîtrisé dans tous les détails, de réaliser la ‘fission’ des matériaux d’origine afin de créer une matière sonore nouvelle, précise, parfaitement calibrée et adaptée à son propos.
L’éventail des manipulations est très vaste, non seulement Parmegiani transforme ses matériaux et fait du ‘montage en dentelle’, mais de plus il multiplie certaines séquences ‘en bloc’ par des lectures accélérées, avec filtrage, puis mixage... Et ce traitement global produit des résultats extrêmement divers : telle séquence de micro événements, accélérée, va devenir matière sonore granuleuse ; ailleurs c’est la résonance artificielle d’un phénomène (obtenue à la chambre d’écho) qu’il va prolonger, puis ‘sculpter’ dans ses évolutions par mixages spéciaux...”
(Michel Chion et Guy Reibel, “Les musiques électroacoustiques”, Édisud, 1976).

Sons-Jeu (1998), 21’00

— Création lors du Cycle Acousmatique 1998, Studio 104 de la Maison de Radio France, à Paris, le 18 juin 1998. Création de la nouvelle version dans le même lieu le 19 juin 2000. Version de 2000. —

La première version de cette pièce a été créée en 1998 à l’occasion du cinquantenaire de la musique concrète. Elle a été par la suite augmentée, et donnée dans sa version définitive, à la Maison de Radio France en juin 2000. Le point de départ est donc un hommage à la musique concrète — qui sait si bien jouer avec le son comme avec une balle, ou avec des mots. L’une de ses inventions est celle de la boucle, solitaire et lancinante, ou démultipliée : évolutives, entrelacées ou inversées... Mais au-delà des boucles, tous les jeux sont permis avec les sons, fixés ou non sur un support. On retrouve dans cette pièce des sons de train (merveilleuse boucle naturelle qui peut nous entraîner sur des kilomètres, loin de nos idées peut-être ; et signature de la musique concrète...), des insectes, dont les stridences “bouclées” elles aussi évoluent selon leur comportement, et qui finalement se résolvent en voix humaines à travers de lentes métamorphoses qui, elles-mêmes, vont se liquéfier et s’émanciper comme des bulles en liberté... qui vont à leur tour... Alors, comme l’écrit le compositeur : “Sont-ce les sons ou ‘je’ qui mène le jeu pour tout oublier ?”

La mémoire des sons (2000-2001), 24’29

— Création lors de Multiphonies, Studio 104 de la Maison de Radio France, à Paris, le 10 mars 2001. —

“De temps à autre, des sons anciens me reviennent comme un écho dans ma tête : veulent-ils se rappeler à ma mémoire ? Je les soupçonne, obstinés, de manifester une fois encore leur présence. Leur insistance me le confirme. Ils reviennent en piste, semblables à eux-mêmes, mais acceptent éventuellement d’être maquillés, transformés — ou encore métamorphosés et plongés tout vifs dans un nouveau contexte, donnant ainsi naissance à de nouveaux confrères tout aussi sonnants.
Sons enfoncés, mais non pas engloutis dans la mémoire : qui sont-ils ? D’où viennent-ils ? Où vont-ils ?... D’origine ordinaire, mais attachants, c’est depuis l’enfance ou l’adolescence que les sons de la nature ‘colimaçonnent’ dans le creux de mes oreilles et se fraient un chemin... Cloches proches ou surtout lointaines ‘crescendotent’ et ‘décrescendotent’ selon la direction et la vitesse du vent... Les galets qui roulent dans le lit de la rivière qui les pousse... Le cliquetis ‘ferraillant’ de la chaîne du puits remontant le seau d’eau trop plein de gouttes... Non moins présents sont les sons ‘créés de toutes pièces’, (artificiels pour tout dire), ceux de mes réalisations passées ou récentes. Ils ont vécu, et peuvent revivre autrement. Les sons ne sont pas figés, et ne doivent pas l’être pour l’éternité. On peut les reconnaître sans devoir les resituer dans un contexte identique. Les sons du passé contribuent à composer le présent.”
(B. P.)

Bernard Parmegiani (1927-2013)

Pionnier de la musique électroacoustique, Bernard Parmegiani est un de ses représentants historiques majeurs.
D'abord ingénieur du son à la télévision française, il intègre le GRM à la suite de sa rencontre avec Pierre Schaeffer. Après un stage pendant lequel il assiste des compositeurs confirmés tels que Y. Xenakis, et L. Ferrari, il en devient membre permanent de 1959 à 1992. À son départ, il continue de composer dans son propre studio : Fabriquasons qu'il n'avait cessé d'enrichir depuis les années soixante, au fil des évolutions technologiques. Cet instrument personnalisé lui permet d'explorer les ressources sonores nouvelles offertes par le passage de l'analogique au numérique.
Son inlassable curiosité pour le Son, sous toutes ses formes, et qu'il qualifie de vivant, le conduit à diversifier sa production (236 titres). Son œuvre de concert, comportant plus de 80 opus dédiés à la musique électroacoustique, s'enrichit d'expériences menées en collaboration de personnalités venues du jazz : J-L. Chautemps ou M. Portal, d’instrumentistes virtuoses : D. Erlih, et aussi d'expériences avec d'autres mediums : vidéo ou théâtre musical. Particulièrement intéressé par la relation son/image, il réalise des musiques pour le cinéma, le film d'animation, la télévision, le ballet, le théâtre, la radio, la publicité ; des génériques et des jingles parmi lesquels celui de l'aéroport de Roissy, diffusé pendant trente-cinq ans. Sans doute, ce sonal de 3” est-il la musique la plus connue d'auditeurs qui ont écouté de la musique électroacoustique sans le savoir !
“… Bernard Parmegiani fait partie de ces rares compositeurs au style immédiatement reconnaissable quelle que soit la technologie utilisée. De la bande magnétique à l'informatique, des oscillateurs instables des années 60 aux systèmes actuels il a su garder un son personnel qui donne le sentiment d'une évidence. Grâce à cette évidence, faite de simplicité et de rigueur, Bernard Parmegiani est devenu en quelque sorte un passeur, un de ces artistes qui suscitent de nombreuses vocations ; d'où son aura actuelle sur la génération électronique ...”
(Daniel Teruggi et Christian Zanési)
Site : bernard-parmegiani.fr

credits

released March 5, 2021

Originally released in 2002 (CD)
℗ 1967/88, 1998/2000, 2001 Bernard Parmegiani
© 2021 INA grm
Works published by Maison ONA

license

all rights reserved

tags

about

INA grm Paris, France

The Groupe de Recherches Musicales (INA grm) has been developing creation and research activities in the fields of sound and electroacoustic music for more than 60 years.

contact / help

Contact INA grm

Streaming and
Download help

Redeem code

Report this album or account

If you like La mémoire des sons, you may also like: